Spectacle visuel à partir de 6 ans

Sortie prévue en décembre 2018

Auteur et interprète : Sébastien Baron

Oeil extérieur : Erwan Morin

Durée pressentie : 40 à 50 minutes avec exposition au préalable et rencontre avec le public à la suite (20 à 30 mns)

 

 

 

 

 

 

Se jeter à l'eau, sortir la tête de l'eau, c'est pas la mer à boire.

 

Un vent souffle et l'appel du large se fait sentir. Il n'y a plus qu'à lever l'ancre, larguer les amarres et se laisser dériver.

Quand on a le vent en poupe, Il faut faire le point et choisir un cap. Puis, il faut louvoyer, bien tenir la barre, et savoir naviguer à vue contre vents et marées, pour éviter le naufrage et arriver à bon port. Sinon, c'est la galère !

 

Observons le sillage, scrutons l'horizon, et le vague à l'âme se dissipera.

Alors hissons les voiles, avec les moyens du bord. Et espérons un jour aborder, pour enfin s'ancrer dans un havre de paix.

 

Bon vent!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pitch 

 

Bercé par le roulis de sa chaise à bascule, qui grince tel un vaisseau princier, le marin manque d'espace.

Tout lui rappel son voyage. La lampe à pétrole provenant de son ancien navire, le poste radio d'où résonne la météo marine, ou encore les objets glanés le long de son périple. Alors, en dessinant, il s'évade et revit son aventure sur les océans, une épopée où la recherche de sens lui donne le cap.

Il met les voiles, part à la recherche d'un mouton et en ramène à bord sa laine. Il en fera une écharpe. Une écharpe d'un bleu Indigo, comme le nom de son navire.

Avec pour unique but de l'offrir, cet homme trace un sillage qui l'amènera jusqu'aux portes de l'altruisme.

 

 

 

Note d'intention 

 

Le voyage ne compte-t-il pas plus que le but ?

 

Artiste pluridisciplinaire et navigateur, je souhaite par ce spectacle en solo (du moins en apparence) mélanger mes savoirs autour de la musique, des effets visuels et du jeu d'acteur corporel, en naviguant entre la scène et l'écran vidéo, l'un bousculant l'autre, l'un influençant l'autre...

L'Effet Indigo se veut être un spectacle singulier par sa forme, et pluriel par le mélange des arts.

Mon but, témoigner de ma propre expérience et de mon regard sur le monde, en proposant au public de voyager au sein d'une salle de théâtre, en espérant ouvrir quelques écoutilles et amener le spectateur à faire son propre raisonnement.

 

Faut-il un but pour voyager ?

 

Plus concrètement mon but est de faire d'un voyage un spectacle, mais également de fédérer et d'impliquer en amont un maximum de personnes autour de ce projet, qui se veut aussi aller dans l'échange, l'apprentissage, la découverte.

Des ateliers destinés aux enfants seront réalisés, que ce soit en Bretagne (île de Groix) ou au Cap Vert... 

J'espère que le plus grand nombre, surtout les non initiés, franchira les portes du théâtre.

 

J'aime l'idée que dans L'Effet Indigo le but, j'entends celui du rêve du personnage, soit à la fois moteur et dérisoire, voire complètement farfelu si l'on ne voit pas le reste. Oui, c'est sûr, ça fait tout de même quelques contraintes de se rendre de l'autre côté de l'Atlantique en voilier avec pour seul but de teindre une écharpe !

Mais bon ce n'est qu'un doux rêve, et des images sur un écran. Mais mine de rien, le gars qui est sur scène et à l'image, il l'a fait ce périple...

Il n'est pas forcément utile de voyager loin pour faire un grand voyage. Cela est possible en tricotant, en filant la laine, je peux l'affirmer, je l'ai fait ce voyage. Tout peut devenir propice à l'évasion, il suffit de voir le beau qui nous entoure, la liberté de créer pouvant trouver sa source dans toutes choses.

 

Oui la mer m'inspire, me fascine, comme beaucoup d'autres d'ailleurs, il n'y a qu'à entendre les expressions de la mer que l'on utilise au quotidien, ou observer le nombre d'oeuvres qu'elle a enfantées.

Elle est pour moi un peu comme une muse, qui m'éclaire sur la vie, me guide au quotidien. J'y vois de nombreux parallèles, surtout en naviguant, là où l'on peut prendre du recul, à la fois isolé et connecté avec la nature.

Dans ce sens un spectacle est comme la navigation, il se prépare à l'avance et il s'improvise sur le moment. Dans un cas comme dans l'autre il faut sans cesse chercher l'équilibre, faire preuve d'anticipation, d'humilité, être patient, efficace, ouvert aux autres, attentif à ce qui nous entoure, faire avec les moyens du bord...

Autant de notions que je souhaite faire passer grâce au langage de l'image, un langage universel.

C'est aussi y mettre du sens.

 

Je propose donc un spectacle poétique et riche de sens, un témoignage, un récit d'aventure original, à mi-chemin entre la fiction et le documentaire, à mi-chemin entre le film et la scène, entre le rêve et le réel.

 

L'Effet Indigo  se voudra être un spectacle hors norme, une proposition de voyage , à la limite du réel.

 

Sébastien Baron, à bord d'Indigo

Le voyage

 

Un départ de Redon mi-septembre 2017 pour un tour de l'Atlantique à la voile sur environ dix mois. D'île en île (Hoëdic, Madère, Canaries) je rejoindrai à la force du vent l'archipel du Cap Vert, où j'effectuerai une longue escale, en attendant que les alizés s'installent. Le temps de s'imprégner de la culture locale, et de rencontrer les enfants avec qui je souhaite partager mon amour de l'art et de la navigation. Un temps également pour nourrir la création du spectacle, par le biais de prises de vues, de collectes d'objets, et de créations musicales.

Ce sera aussi le moment de se préparer à la longue traversée de l'océan atlantique, qui devrait durer entre trois semaines et un mois. Appareillage prévu fin décembre 2017 !

Il restera donc quelques trois ou quatre mois pour rencontrer les Antilles, et surtout teindre l'écharpe confectionnée en navigant. Il s'agit d'une teinture naturelle, venant d'un arbuste, l'indigotier.

Le retour se fera courant juin 2018, via les Açores, jusqu'à Redon.

 

 

Quelques infos supplémentaires

 

Le dispositif scénique sera épuré : une chaise à bascule multifonction, un coffre multifonction, un porte-manteau multifonction, un écran vidéo multifonction. Un plancher en pente et des objets...

 

Ce projet donnera également naissance à une forme courte pouvant jouer en autonomie dans les écoles.

Du documentaire sera réalisé pour permettre au public de voir les sources d'inspirations du spectacle.

 

Un financement participatif est mis en place pour co-produire le projet, il se concrétise en vendant des écharpes tricotées à la main.

 

Mise en place d'ateliers et d'une résidence en milieu scolaire

 

Les principaux objectifs pour la résidence en milieu scolaire sont les suivants :

 

  • Donner des clefs aux enfants pour les amener à créer, sous forme d'ateliers (les sons du corps, la création de jeux optiques, l'initiation à la magie, atelier cinéma à la Mélies...)

  • Les aider à réaliser une petite forme (une diziane de minutes), avec les moyens du bord, et à la jouer devant un public.

  • Leur faire découvrir l'espace de création et créer des échanges autour de L'Effet Indigo. Leur montrer une étape avancée de l'Effet Indigo.

  • Leur permettre de suivre la genèse d'un projet artistique dans la durée. Aussi par le biais d'un blog, un outil qui relate l'aventure du voyage à la voile mais aussi celle de la création d'un spectacle. Les deux étant ici intime liés...

  • Leur permettre de voir et si possible de visiter Indigo (le voilier de l'aventure)

  • Etablir un lien entre une école bretonne et une autre au Cap-Vert, dans l'idée que les créations des enfants (des phénakistiscopes, l'ancêtre du cinéma) puissent être convoyer dans un petit coffre en voilier. Les créations des enfants de Groix navigueront jusqu'au Cap Vert, puis celles des enfants du Cap-Vert arriveront jusqu'à L'île de Groix, chargées de l'énergie de la mer...